« Capitaine » du Noordzee, le tout nouveau Président de quartier du Vismet. Dynamisme, énergie et sens des responsabilités au service de tous !

Monsieur WOUTER VERMEULEN

Vous succédez à Mr Withofs comme Président de quartier : comment voyez-vous votre nouvelle mission ?

J’ai déjà un peu réfléchi à ce que je veux faire. Une fois que le transfert des responsabilités sera terminé, j’expliquerai comment je vois ma nouvelle fonction !

Vous êtes vraiment un pionnier dans le quartier

Oui, c’est qu’on dit. Je ne sais pas si c’est vrai ! Ce n’est pas parce que je suis installé depuis longtemps que je suis un pionnier !

J’aimerais que vous nous rappeliez votre parcours ! Vous aviez été parmi les premiers à accepter d’être interviewé par le Carillon. Mais cela fait un moment déjà. Il y a des tas de nouveaux habitants dans le quartier. Ce serait bien qu’ils fassent un peu plus connaissance avec vous !

Je suis arrivé ici (au Noord Zee) fin 1989 ! 30 ans déjà ! Au départ, c’était une toute petite poissonnerie qui appartenait à un copain. J’y suis arrivé un peu par hasard. Nous avions convenu d’un accord pour que je l’aide tout en continuant à chercher un autre boulot car mon but n’était pas de rester travailler ici ! Mais quand j’ai commencé à travailler, j’ai tout de suite aimé le boulot. Et aussi à aimer le quartier qui, à l’époque, était plus « bruxellois » que maintenant ! Maintenant, il est devenu beaucoup plus international que bruxellois !

J’ai donc travaillé pendant 2 ans pour mon patron, et après ces 2 ans, j’ai repris le commerce. Petit à petit, on a changé la façon de travailler. On a évolué avec le temps, avec les exigences des clients.

Il y a eu aussi beaucoup de changements dans le quartier. Quand je suis arrivé, il y avait un parking sur la Place Sainte Catherine. Ensuite il y a eu des travaux, après quoi on a fermé la place pour les voitures. Puis, c’est le Vieux Marché aux Grains qui a changé. Et encore de nouveaux travaux pour dans la rue et la place Sainte Catherine. Tout cela pendant 10 à 15 ans. Pour vous dire que cela à fortement changé !

Ce que j’ai remarqué, c’est qu’au fil du temps, les « vrais » Bruxellois disparaissaient, qu’il y avait une grosse clientèle qui venait du haut de la ville en voiture. C’est ainsi que nous avons toujours essayé de nous adapter aux nouvelles situations. Cela n’a pas toujours été évident ! Mais nous avons réussi à le faire.

M WOUTER VERMEULEN devant le Noordzee

Les changements ne s’arrêtent pas pour autant, avec le piétonnier, le parking 58 qui est en démolition/transformation. Et tout cela pèse assez lourd sur le quartier, pour les commerces, mais aussi pour les résidents. Ce n’est pas toujours évident pour les gens qui habitent ici.

C’est là que je vois mon boulot comme Président du Comité de quartier : suivre de près tous les changements pour aider les commerçants et les habitants sur le plan pratique. J’habite aussi ici depuis 30 ans déjà. C’est vraiment là que je vois mon devoir comme président : guider un peu la Ville de Bruxelles dans les décisions pour que tous – habitants et commerçants – soient satisfaits.

Et dans un bel éclat de rire, il ajoute : « Ce qui est déjà pas mal comme boulot ! »

Ce que j’ai compris de tous les changements en ville, c’est qu’ils ne sont pas toujours très « structurés » ! Ce n’est pas toujours réfléchi. Et je pense que là, je peux faire quelque chose !

J’aimerais aussi travailler plus avec les autres quartiers. Il me semble que Dansaert et rue de Flandre forment un tout avec notre quartier. Nous avons 3 Comités pour une zone qui ne compte pas plus que 300 ou 400 m de l’un à l’autre ! Et là, si nous pouvions dialoguer entre nous, nous pourrions coordonner nos actions et avoir un peu plus de poids pour les futurs changements dans la zone !

Lors de la dernière AG du Vismet, celle de votre nomination (!), j’ai entendu qu’il était question d’agrandir le piétonnier !

C’est dans ce domaine que je trouve qu’il manque de structure. Il semble qu’une idée n’est pas liée à la suivante. J’ai le sentiment que la Ville elle-même ne sait pas très bien dans quelle direction elle veut aller. Je ne comprends pas toujours clairement le plan qui est derrière les décisions.

Peut-être n’y en a-t-il pas (avec une pointe de sarcasme de ma part !) ???

Réponse prudente de Mr Vermeulen : Cà je ne sais pas ! Et je ne vais jamais le dire !!! Mais il n’empêche que pour nous – résidents et commerçants – ce n’est pas toujours évident d’anticiper par rapport aux changements mis en place. Par exemple, d’un jour à l’autre, on ferme une rue pour des travaux mais nous ne sommes pas toujours mis au courant. Depuis les élections, avec le nouveau Collège, c’est une équipe très jeune qui est en place. Et j’ai l’impression qu’il y a une volonté de changer tout cela ! D’écouter et de communiquer plus !

J’ai aussi entendu que vous compter organiser quelque chose pour la passation des responsabilités entre Mr Withofs et vous ?

Nous souhaitons faire un drink pour les habitants et les commerçants car j’ai le sentiment que les uns et les autres ne se connaissent pas vraiment. Avec le fait aussi que beaucoup de commerçants n’habitent pas dans le quartier. Je trouve cela un peu dommage. C’est pour cela que je souhaite organiser un « Drink de l’amitié » pour faire connaissance. Il y a encore pas mal de démarches administratives pour finaliser la passation des responsabilités. Mais je compte voir cela avec Marc Withofs pour fin février, au plus tard début mars.

Vous restez un grand créateur dans le domaine de la restauration : manger debout dehors, c’est un concept « pionnier » que vous avez lancé. Je suis à BXL depuis 40 ans et avant vous, je n’avais jamais vu cela !

Il y a eu le Comptoir des Armes de BXL, qui était un peu similaire à ce que nous faisons, mais je n’ai jamais connu cela. C’était dans les années 80/90 !

Cela n’a jamais pris l’ampleur du Noordzee ! Et beaucoup vous ont imité !

Bien sûr !! Tout le monde a le droit de le faire !

Vous avez ajouté une aile supplémentaire à votre établissement : comment vous est venue l’idée des  smørrebrød, d’origine danoise ???

Cette partie de l’immeuble m’appartient. Avant, il y avait un bistrot ici. Il y avait pas mal de soucis avec les personnes qui exploitaient ce café. A un moment donné, je n’ai plus voulu de tous ces soucis. J’ai repris l’endroit pour faire quelque chose en plus de la poissonnerie. J’ai rencontré un Danois justement, qui est toujours là d’ailleurs ! Il était fort intéressé par les huitres, et nous avons combiné cela avec des spécialités danoises.

Avez-vous encore d’autres projets en tête ?

J’ai toujours des projets ! Mais pour le moment, je vais un peu freiner mon dynamisme. Nous avons beaucoup de boulot comme çà. J’ai de la chance d’avoir une équipe formidable qui travaille dans la poissonnerie et dans le bar à huitres. Trouver les bonnes personnes avec qui travailler, qui sont sur la même longueur d’onde que vous ce n’est pas toujours évident !